Parlez-moi d’amour (6 et fin… eh oui, nous y sommes arrivés : c’est la Saint Valentin !)…

Pour commencer, un livre-témoignage qui parle d’un bel amour : celui d’une mère pour ses enfants.

FIC69237HAB40

L’amour maternel est un sentiment merveilleux et désintéressé, qui communique sa force et permet de grandir.

C’est ce que nous rappelle Isabelle Laurent, dans son recueil « Les yeux d’une mère ».

Le témoignage qu’elle nous livre, avec simplicité et naturel, bouleverse, émeut et rassure aussi.

On ne peut être qu’admiratif devant la confiance avec laquelle cette épouse, cette mère aborde les événements de la vie.

On ne peut être que touchés par les analyses sereines, emplies de bienveillance, qu’elle fait.

Empreint de douceur, de pudeur et d’humilité, le livre d’Isabelle Laurent nous offre une belle leçon de don de soi, sans mièvrerie aucune. 

Un recueil résolument optimiste qui résonne encore en nous bien longtemps après sa lecture.

***************************************************************************************

chouette-penserAIMER UN PEU, BEAUCOUP… A LA FOLIE

Cet ouvrage fera, dès le 19 avril prochain, partie de la collection « Chouette, penser » de Gallimard.

 

Une collection intéressante qui part du précepte que l’adolescence est un âge propice à l’initiation philosophique – ce n’est pas nous qui les contredirons-

 

6 chapitres (Aimer avec un grand A, Qu’aime-t-on quand on aime ?, Délire divin ou amour fou, Amour et passion, Un art d’aimer ?, Les aléas de l’amour) amènent les adolescents à réfléchir sur cette belle et complexe notion.

Le vocabulaire est accessible ; les mots plus compliqués sont expliqués dans les marges (formidable opportunité d’enrichir son lexique !)

L’énonciation est ponctuée de citations d’auteurs, toutes pertinentes, connues ou moins, parfois étonnantes.

Des illustrations stylisées et suggestives agrémentent l’ensemble.

Bref, un recueil qui remplit pleinement sa fonction : ordonner la complexité de la notion, rendre possible un trajet intellectuel via un parcours de reconnaissance et d’étonnement.

 

C’est chouette de penser, non ? 

 

Merci à Myriam (Gallimard) pour nos longs et nombreux échanges.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *