Du côté des ados

Aujourd’hui encore, 2 idées de lectures complètement différentes mais terriblement captivantes.

Je commence par un roman fantastique :

 

9782747035316FS

Le quotidien de Théo est si prévisible. Selon son tuteur, le docteur Saint, il souffre d’une maladie extrêmement dangereuse pour les autres. C’est la raison pour laquelle il n’est autorisé qu’à fréquenter trois personnes : M. Bon, le majordome, Clarisse, la domestique et le docteur. Il doit même porter des gants et passer régulièrement dans le « Tube de la Compassion ». Un soir, alors que son tuteur est absent, deux cambrioleurs pénétrent dans la maison. Ils surprennent Théo et tentent d’apprendre de lui où se trouvent les objets de valeur. Alors que l’un des malfaiteurs brandit une clé à molette, prêt à lui asséner un coup fatal, l’adolescent se saisit du poignet de son agresseur. Le corps de ce dernier se met à luire puis fond. Théo n’aura de cesse de cacher cet incident à son tuteur. Tout à ses réflexions, il est, peu après, enlevé par un étrange animal qui le conduit auprès de membres de la Société de vigilance qui ont bien des révélations à lui faire…

Dès le premier tome de cette série, le ton est donné : sociétés secrètes, personnage machiavélique, pouvoirs, animaux fantastiques… Tous ces ingrédients laissent présager une série riche en surprises.

Plongé dans une lecture captivante, le lecteur s’attache au personnage principal et découvre ses dons.

Le texte, bien écrit, laisse entrevoir la riche imagination de l’auteur et le pouvoir évocateur de son expression.

Les nombreux et imprévisibles rebondissements de l’intrigue permettent d’entretenir un rythme soutenu.

Si beaucoup d’interrogations demeurent, ce premier volume permet cependant à l’action en cours de s’achever de manière soignée.

Une lecture distrayante.

Editions Bayard

 

Dans un tout autre genre :

9782012035430FS

Mrs. Bennet veut marier ses cinq filles (Jane, Elizabeth, Mary, Kitty et Lydia) afin de leur assurer un bel avenir. Lorsqu’un riche rentier arrive à Netherfield Park, elle espère vivement que ses filles sauront lui plaire, et qu’elle pourra marier l’une d’entre elles au nouveau venu. Ce rentier, Mr Bingley, est accompagné d’un très bon ami, qui, s’il est très riche, n’est pas un modèle d’amabilité envers la famille Bennet. L’orgueilleux Mr. Darcy voit d’un très mauvais oeil son ami s’éprendre de Jane, la plus âgée des soeurs, de peur d’un mariage malheureux…

Remarquablement traduit par Michel Laporte, écrivain que l’on ne présente plus, ce roman, écrit dans un style fin et élégant, entraîne le lecteur au cœur de la société anglaise du début du XIXème siècle, avec ses règles strictes régissant vie mondaine et vie privée.

Servi par des personnages hauts en couleur et des dialogues très vivants, le récit, ponctué de nombreux rebondissements, tient en haleine et parvient à ménager des surprises jusque dans les derniers chapitres.

On ne s’ennuie pas une seconde à la lecture de ce bon roman victorien qui ne comporte pas de temps mort et offre de délicieuses heures de détente.

Editions Hachette

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *