C’est vous qui l’dites

Pour une fois n’est pas coutume, c’est une maman qui fait une chronique, celle d’un tryptique haletant sur fond de Russie soviétique, qui a reçu plusieurs prix :

prix imaginaires des collégiens 2013

prix révélation jeunesse des futuriales 2013

prix des bouquineurs d’Armor 2013

lalignee-slidernina2-sliderslider-nina3

Mais laissons la parole à Marie…

Dans l’URSS des années 50,  Nina est une jeune fille de 15 ans qui en paraît à peine douze. Dissident, son père a fui le régime et sa mère est envoyée au goulag, car passionnée d’art, elle a refusé d’enlever des toiles occidentales du musée où elle travaillait. Nina est alors confiée à l’orphelinat. De là, elle se promet de s’enfuir et de retrouver sa mère. Elle y sera aidée par une étrange « confrérie », par des dons aussi fantastiques que terrifiants qu’elle va découvrir et par tous les messages que sa mère a dissimulés pour l’aider. Dernière descendante des Volkovitch, Nina devra aussi fuir et lutter contre un ennemi plus dangereux que la dictature stalinienne : l’avenir du monde est entre ses mains.

 

Cette trilogie retrace cette quête et la découverte par Nina de ces étranges dons transmis par ses ancêtres paternels qu’elle devra apprendre à maîtriser.

Dans un contexte historique rarement exploité dans la littérature jeunesse, Carole Trebor nous plonge dans la dictature soviétique, avec étonnement beaucoup de réalisme, mais aussi dans la Russie d’avant le communisme, avec ses traditions et ses croyances.

Un mélange explosif d’aventure, de fantastique, d’histoire et de sentiments : j’ai adoré.

Nina Volkovtich, éditions Gulf Stream

 

 

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *