Deux petits bijoux aux éditions Père Castor

les-lettres-de-biscotte-mulotte-les-classiques-en-musique-9782081308459_0
Ce matin, sur le bureau de la maîtresse, une lettre attend tous les enfants de la classe. C’est la lettre de Biscotte Mulotte qui habite dans un trou, derrière l’armoire. Les enfants, fous de joie, décident de lui répondre. Débute alors une étonnante correspondance…
Cette histoire, déjà éditée en 2003, a remporté un grand succès auprès des jeunes lecteurs grâce à l’originalité, à la tendresse du récit et à l’exploitation pédagogique que l’on peut en faire. Avec cette nouvelle édition accompagnée d’un CD, l’auteur a réussi à la rendre encore plus attractive. D’une voix vivante, aux accents de Provence, reflétant particulièrement bien les diverses émotions, elle raconte avec de nombreuses nuances vocales, les péripéties de Biscotte Mulotte. Des aventures qui ne sont pas sans rappeler le quotidien de ces élèves, qui se livrent à leur tour, narrant leurs petits soucis, leur joie, leurs maladresses…
Avec délectation, les petits se laissent envahir par le texte empreint de tendresse où l’amitié et la solidarité encouragent la confiance en soi, la confiance en l’autre. Des voix d’enfants  -ceux du Centre cantonal de l’Isle-sur-la-Sorgue- participent à la narration de l’adulte, la ponctuent, la complètent si bien que le jeune public s’immerge d’autant plus dans l’histoire.
De magnifiques dessins, aux traits doux expressifs et aux couleurs tendres, soutiennent pas à pas le récit ; les non lecteurs peuvent ainsi suivre aisément le fil de ce joli conte.
D’entraînantes chansonnettes, que l’on se plaît à fredonner, égayent ici ou là les aventures de Biscotte Mulotte.
Très apprécié par les enfants, parfaitement adapté à des élèves de fin de maternelle-début de CP qui découvrent la lecture, cet album peut faire un excellent support d’apprentissage car le récit est fidèle au texte écrit et soigneusement rédigé.
Une belle séquence sur la lettre -destinataire, formulation, niveaux de langue…- peut également être créée et donner le goût d’écrire. Quoi de mieux ?
Durée : 20 minutes
***********************************************
Marie :

Ah ! la jolie collection Les P´tits albums du Père Castor !

Je vous présente Le Chat Bonheur, écrit et illustré par Qu Lan, artiste chinoise de talent installée en France.
le-chat-bonheur-pere-castor-flammarion
Au Japon, une légende raconte que pour remercier son maître attentif et aimant, une grue lui apporta un trésor venant de la montagne des dieux.
 
Persuadé de la véracité de cette légende, Echigoya vivait de manière insouciante, gaspillant la fortune familiale et prenant grand soin de son chat, Tama. Aussi ne s’inquiéta-t-il pas le jour où il se retrouva sans le sou. Pour le bonheur de son maître, Tama était prêt à tout…
Très présente dans la culture japonaise, le Maneki Neko (« chat qui invite » ou « chat porte-bonheur« ) tire son origine de différentes légendes qui ont toutes pour point commun la sagesse d’un qui apporta bonheur et réconfort à ceux qui le rencontraient.
Ce récit plein de subtilité et de finesse reprend cette légende qui unit un maître paresseux et insouciant à son chat fidèle compagnon avec une belle harmonie entre le texte et l’image.
La poésie des magnifiques compositions visuelles que Qu Lan offre à chaque page nous plongent dans un univers de couleurs, de sensibilité, de beauté, où le texte devient accessoire tant la précision des détails et des expressions rend explicites les émotions qui s’en dégagent.
J’aime ces récits où avec délicatesse et subtilité sont évoqués les valeurs essentielles qui nous construisent telles que l’honneur, le respect, la famille, le travail, la valeur de l’argent…
Une narration très soignée qui reste néanmoins accessible aux plus jeunes
À s’offrir ou à offrir absolument. Il n’est pas fréquent d’avoir en littérature enfantine une telle harmonie de poésie entre le texte et l’image.
Pour la petite histoire :
J’aime raconter au moment du dîner un conte, une légende, une histoire, à mes enfants. Le soir où je leur ai lu Le Chat bonheur le silence a été total sauf quand j’oubliais de leur montrer, à chaque page que je tournais, l’illustration : le dessin avait autant d’importance que le texte, voire plus !
Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *