Une heure et demie où l’on a son content de théâtre

Faute de pouvoir m’y rendre avec ma classe -plan Vigipirate oblige-, c’est en famille que nous nous sommes donc rendus, hier soir, au théâtre Montansier, voir Le Misanthrope. Et bien nous en a pris !

Je remercie, tout d’abord, l’accueil de Madame Geneviève Dichamp – directrice du théâtre -, qui a pris notre petite Blanche sous son aile pour lui expliquer ce qu’elle allait voir -chose que je n’avais pas faite !

sans-titre (14)

La mise en scène de Michel Fau révèle une remarquable intelligence du texte et une éblouissante direction d’acteurs. Le spectacle est inondé de fraîcheur, de vivacité et de jeunesse. Les comédiens de la troupe -authentiques acteurs- font de ce chef-d’œuvre une sorte de symphonie dont les aigus et les graves s’harmonisent avec une grande délicatesse, épousant au plus près les subtils mouvements de l’amour que dessine la comédie, sans négliger le contexte social dans lequel la pièce s’inscrit.

La tonalité est d’une justesse parfaite, d’une beauté grisante : une langue fluide et vive, une langue pour la simplicité et pour le sublime, une langue concrète et lestée de mille et une significations secrètes.

Un spectacle enchanteur dans un décor époustouflant.

sans-titre (18)

Un grand bravo à ces artistes -Julie Depardieu, Michel Fau, Edith Scob, Jean-Pierre Lorit, Jean- Paul Muel, Laure-Lucile Simon, Roland Menou, Frédéric le Sacripan- qui ont divinement joué, nous faisant oublier, le temps d’une soirée, les tragiques événements qui ont secoué notre société. Une manière de dire NON à la peur qui pourrait être la nôtre ; une manière de crier que la vie est aussi RESISTANCE !

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*