Un peu déçue…

par l’adaptation du récit autobiographique de Saroo Brierley. Les critiques sont pourtant majoritairement dithyrambiques…

Synopsis :

Inde, 1986- Saroo et sa famille vivent dans la plus extrême pauvreté. A 5 ans, le jeune enfant s’égare et se retrouve sans domicile fixe dans les rues de Calcutta. Après bien des péripéties, il est recueilli par une famille australienne, intègre une autre culture, loin de ses origines. Devenu adulte, Saroo n’aura qu’une obsession : celle de retrouver la trace des siens…

Si le regard sur l’Inde des déshérités m’a captivée -c’est-à-dire la grosse première partie du film, concentrée sur l’enfance du jeune Saroo qui doit affronter la dureté des bidonvilles indiens-, j’ai été beaucoup moins convaincue par le volet australien qui est fade et creux. Mélo et sirupeuse l’histoire d’amour portée par le couple Dev Patel–Rooney Mara ou encore toute cette phase d’adoption.

Pour résumer, seul vrai coup de cœur pour les premières séquences avec Sunny Pawar, qui est à croquer. Est-ce que ça vaut 10€ ?????

 

 

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*