Espritlivres : le retour !

Pour commencer, des lectures qui m’ont joliment accompagnée cet été.

Une belle découverte estivale (merci Emmaüs Vannes !)

Des enquêtes simples à suivre, menées par une extravagante anglaise.

Un ton léger et une plume moderne.

Ca n’arrive pas à la cheville de notre miss Marple, mais ça se lit.

Autre belle découverte (toujours chez Emmaüs !) : les tribulations d’une gouvernante chez les ultra riches.

Un livre drôle, une plume acérée, un vocabulaire riche, des portraits truculents. Même s’il faut avouer qu’à la moitié du livre, on se laisse un peu gagner par un sentiment de lassitude face à des situations qui se répètent.

Il n’en demeure pas moins que, servie par un ton ironique et juste, cette lecture est divertissante à souhait !

«Gouvernante : nom féminin. Personne qui gouverne, qui a le pouvoir en main. Tu parles ! C’est le plumeau que j’ai en main, moi. Je suis celle qui repasse les robes sublimes de Madame, celle qui sert les invités de Monsieur. Personne ne me remarque mais dans l’ombre je les étudie, ces drôles d’oiseaux. Au lieu de faire domestique, j’aurais pu travailler au Muséum d’histoire naturelle.»

**********

A éviter :

Très attirée par la couverture et le résumé.

Très déçue.

Ca se lit parce qu’on a envie de voir l’évolution des personnages.

Mais ça s’oublie aussi vite. Plein de clichés. Très américain. Bof !

*

Même commentaire que pour le livre précédent.

On se surprend à lire le roman jusqu’au bout pour en connaître le fin mot.

Mais des sujets drogue-amourette-adolescence américaine sans intérêt.

A très vite pour des chroniques de rentrée !

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *