06/20/14

Un roman pétillant et sucré à consommer sans modération, nous dit Marie

filou
 
« S’creuser l’ciboulot, jouer d’ses poings, piquer un bon roupillon, ça c’est la belle vie »
« On n’est  pas comme les autres, nous. Les braquages, les émeutes, les prises de bec… Tout ça, ça coule dans nos veines. »
Liisa est au comble du désespoir  : les Filouttinen ne lui ont pas donné signé de vie depuis des mois et la voici en colo musique pour les vacances. Envolé, l’espoir de parcourir les route de Finlande avec ses amis bandits ! Cet été, solfège, répétitions et carottes vapeurs remplaceront les braquages, coups de maître et  orgies de bonbons… C’est sans compter sur l’ingéniosité de ses amis les bandits qui retrouvent sa trace et la kidnappent de nouveau, comme ils lui avaient promis à la fin de l’été précédent ! D’autant que cette année, ils vont avoir grand besoin de leur petite tête pensante : à la grande fête des bandits, les participants devront se battre non seulement pour la gloire, mais surtout pour savoir qui sera le prochain Maître Bandit, et les rapports avec les autres familles de bandits sont devenus particulièrement tendus. Liisa arrivera-t-elle à aider ses amis à surmonter tous les pièges grâce à son sens de l’analyse et de l’observation ?
Comment ne pas craquer pour ce roman de bandits qui préfèrent les confiseries aux billets de banque, échafaudent des plans tordus et s’offrent des repas gargantuesques.
Les situations sont rocambolesques et improbables, mais peu importe, place à l’imaginaire.
En filigrane du récit, on peut lire une gentille critique humoristique de notre société qui « court après ses rêves » sans s’offrir le temps de vivre. Nos braqueurs préférés, n’hésitent pas à classer cette société de Braves Citoyens en trois sous-catégories cibles :  les T.B (Les total-bourges), les D.B ( les demi-bourges, leur cible idéale) et enfin, les ARTs, les artistes et autres personnes « alternatives » à qui ils n’ont malheureusement rien à voler. Cela reste malgré tout très moral. On oscille entre les mondes de Fifi Brindacier et les Pieds Nickelés.
À côté de l’humour joyeux, déjanté et loufoque du récit, les personnages sont particulièrement touchants grâce à la profondeur de l’analyse de leur caractère et de leur psychologie. Cette analyse ne pèse cependant pas sur le récit qui reste dynamique et équilibré.
Les chapitres sont courts, bien rythmés ; les dialogues sont percutants et plein d’humour. Un suspense qui fonctionne bien jusqu’à la fin.
Bref : un délice !
Un roman d’aventures décapant et bon enfant à dévorer.
Editions Didier jeunesse