06/6/16

Poésies au coeur

Aux éditions Motus, un bel hommage à la lecture.

motus

Vladimir va, pour la première fois, à la bibliothèque avec sa maman…

 

Cet album, qui met en avant la lecture et les livres, est un vrai cheminement initiatique. A l’image de Vladimir, les enfants s’incarnent dans des personnages variés, s’inventent des mondes, bâtissent des univers. Pas de limites à l’imagination !

Les illustrations très abouties de Lili Chemin, usant de toute une gamme de couleurs mates, accompagnent le jeune protagoniste dans son parcours.

Cette vraie homogénéité fonctionne à merveille.

Un ouvrage d’une grande sensibilité et d’une subtile finesse.

 

***********

13131594_863039590484789_361434956956923378_o

 

Immédiats, directs, imagés, ces poèmes écrits avec une grande liberté résonnent comme autant de petites musiques internes.

Le lecteur rentre à pas feutrés dans l’univers de François David. La souffrance côtoie l’optimisme, l’obscurité la lumière, l’hermétisme la limpidité. L’émotion n’est pas uniquement littéraire ou tout bonnement humaine, elle est aussi esthétique : la mise en page dépouillée, utilisant les blancs pour remplir l’espace, entre horizontalité et verticalité, traduit bien ce monde intérieur dense et serré qu’est celui du poète.

Pas de trame narrative à proprement parler, mais des instantanés évoquant des sensations, des moments captés.

On se réjouit de l’enchevêtrement des mots, de leur assemblage.

Un livre très personnel, qui n’exclut pas le lecteur pouvant faire sienne cette écriture.

On appréciera la fort plaisante préface d’ Hubert Haddad.

Editions La Feuille de thé

 

 

 

01/20/15

Un énorme coup de coeur !

livre
Depuis des siècles, je raconte l’histoire des autre. L’heure est venue de raconter la mienne. De dire par où je suis passé avant d’arriver entre vos mains. On a corné mes pages, on a ri ou pleuré avec moi, on m’a banni, livré aux flammes…J’ai vu des civilisations naître et mourir. Pourtant, j’ai survécu. Ce que vous allez découvrir, cher lecteur, c’est un vrai roman : celui de ma vie.
Des tablettes sumériennes au papyrus, du parchemin à la découverte de l’imprimerie en Asie et en Europe, des autodafés à l’arrivée de l’e-book, quelle incroyable aventure nous est contée là, de la voix même de celui qui l’a vécue !
Illustré en noir et blanc, ce livre est un petit bijou pour les amoureux du livre que nous sommes.  Cette autobiographie qui se dévore comme un roman suit l’ordre chronologique des événements et est ponctuée de citations, de planches et de dessins.
Ouverture, culture, transmission, sagesse, que de belles choses sont véhiculées au fil de ces 20 courts chapitres ! Avec humour et émotion ils balayent cette vie née de la transmission orale et qui se poursuit aujourd’hui avec une famille agrandie grâce au digital.
J’ai aimé l’histoire, l’écriture, le style, les illustrations, la qualité du papier, bref… tout !
Pour vous mettre l’eau à la bouche, un extrait :
 » Chaque volume a son odeur, bien sûr. Et un nez entraîné, tel celui d’un dégustateur de vins, peut relever sur moi une note de vieux bois rehaussée d’une pointe de vanille, comme si la forêt même m’avait imprégné des senteurs d’une antique sagesse oubliée.
Et j’ai fait savoir à E-Book, en termes bien sentis, que mon odeur de vieux papier est un parfum pour les amoureux des livres, ceux qui cherchent leur bonheur dans les librairies d’occasion, les vide-greniers, les brocantes…
Puis j’ai conclu que je le plaignais : il ne connaîtrait jamais l’émotion d’avoir les pages cornées à force d’avoir été lu et ça lui a coupé le sifflet (…) Malgré tout, à ce jour, E-Book et moi sommes de bons amis. Même si je dois lui rappeler, de temps en temps, qu’un vieux codex de mon espèce en a vu d’autres ; et qu’il n’est pas dans mes plans de disparaître de sitôt ! « 
Et une dernière petite citation  » Si tu ne connais pas les arbres, tu risques de te perdre en forêt ; si tu ne connais pas les histoires, tu risques de te perdre dans la vie. » Un vieux sibérien.
À mettre absolument entre toutes les mains dès 10 ans.
Marie
Editions Nathan
02/7/13

Et si on bricolait en famille, ce week-end ?

Tous les ans, le carnaval revient pour notre plus grand plaisir.

Et l’une des choses les plus amusantes quand vient le temps du carnaval, c’est de se déguiser ! Les enfants adorent se déguiser. Pour eux c’est l’occasion de rêver, de vivre des histoires merveilleuses et fantastiques dont ils sont souvent les héros. Tout bon pédopsychiatre qui se respecte vous dira que le jeu du déguisement est important pour les aider à grandir.

 

Alors pour vous permettre de renouveler votre stock de bonnes idées, et faire de cet événement une fête, j’ai trouvé pour les 3-7 ans LE recueil ad hoc.

9782081286962FS

Qu’il/elle soit l’ami(e) des animaux, fan de super héros/héroïnes ou dans sa phase chevalier/princesse, vous trouverez de quoi le/la satisfaire.

 Le matériel demandé est basique.

Les consignes sont très claires.

Des pictogrammes vous indiquent le coût, le temps et la difficulté lies à la réalisation.

Sur les photos, les résultats ont l’air plutôt sympa !

La preuve en images…

 féeb

 fleurb

 

fusébpirb

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A vos ciseaux !

Et bon courage !

 PS : je peux même prêter l’ouvrage !

 

01/30/13

Comme un air de printemps !

toltC’est bien connu, lorsqu’il fait beau, que le ciel est bleu et que la température se fait clémente, notre moral remonte. On est plus souriant, plus agréable et on a envie de tout nettoyer, même sa tête –en tout cas, c’est mon fonctionnement !-

 

Et pour faire un plein d’ondes positives, entre deux conduites, je me suis replongée, toujours avec la même délectation et ce même sentiment d’aménité, dans « Les quatre accords toltèques » de Don Miguel Ruiz. De quoi s’agit-il ? Un indice… le sous-titre « La voie de la liberté personnelle ».

 

Dans ce petit fascicule de 120 pages, Don Miguel Ruiz n’invente rien, il nous propose de passer avec soi quatre accords visant à briser nos croyances limitatives, celles que nous développons depuis l’enfance, qui distordent la réalité et nous maintiennent dans une certaine souffrance. À force de conditionnements culturels et éducatifs (sur ce qui est juste ou faux, bon ou mauvais, beau ou laid) et de projections personnelles (« Je dois être gentil », « Je dois réussir »…), nous avons intégré une image fausse de nous-mêmes et du monde.

Ces idées ne sont pas nouvelles mais le talent de l’auteur est d’expliquer ces quatre accords avec des mots simples et des cas concrets.

Quels sont ces quatre accords que l’on est prêts à se passer –tellement ils sont évidents- mais que l’on oublie d’appliquer –tellement le quotidien nous happe-

  1. Que votre parole soit impeccable
  2. N’en faites jamais une affaire personnelle
  3. Ne faites aucune supposition
  4. Faites toujours de votre mieux

Le bon sens prés d’chez vous !!!

.Mon truc :

Moral en berne, le compteur estime de soi qui vacille, j’apprends ces accords par cœur et je les affiche à des endroits stratégiques que je fréquente souvent (la famille s’y est faite !)

N’oubliez pas que «  le bonheur est en chacun de nous »