06/9/17

Super Hatier

3 belles sorties signées Hatier

 

Pour commencer, un petit carnet tout mignon qui propose de s’initier à la pensée positive.

Julie a 8 ans, elle aime apprendre, travailler et sait se montrer tenace. MAIS elle a tendance à toujours voir le mauvais côté des choses. Forte de ce constat, elle décide de changer les choses. Et si elle devenait positive ?…

J’ai été séduite par ce petit fascicule qui met en scène une fillette au visage tout rond ; une fillette enthousiaste que l’on suit avec plaisir dans sa conquête d’elle-même.

Les conseils donnés sont simples à comprendre et à mettre en place : apprendre à voir le bon côté des choses, c’est décider que les mauvais côtés ne sont pas les plus importants ou les seuls à envisager ; choisir la pensée positive, c’est choisir l’action, la possibilité, l’existence.

Les enfants pourront facilement s’identifier à Julie et mettre en application cette philosophie de vie.

*************

Deux nouvelles aventures palpitantes

J’avais beaucoup aimé ce titre Voici une nouvelle aventure tout aussi palpitante

Changement de décor puisque l’histoire se déroule à Pompéi où sévit un odieux maître chanteur bien décidé à détruire l’aqueduc et à empoisonner les habitants. C’est sans compter sur Marius et Caius, fils du curateur des eaux, qui entendent le démasquer rapidement.

Une enquête rondement menée qui nous conduit, pas à pas, à travers les quartiers de la ville et nous permet de découvrir la vie des habitants de l’époque. Le texte est émaillé de questions d’observation, ce qui plaira aux jeunes limiers en herbe. En fin d’ouvrage, un dossier documentaire pour en apprendre plus.

Pour les 7-8 ans qui aiment la mythologie et veulent découvrir la formidable aventure de Jason

Une adaptation fine et soignée de cette aventure.

Comme toujours, les chapitres sont courts, bien aérés, ce qui permet une lecture plaisante et rapide, avec un soupçon de suspense qui entraîne le lecteur en douceur vers la chute de l’histoire.

A retrouver, sur le site de l’éditeur des fiches pédagogiques très intéressantes.

09/15/16

Mini BD Kids à découvrir

Sont parus, le 7 septembre dernier, 3 recueils à mettre en toutes les petites mains.

Des albums réunissant des histoires découvertes dans les magazines Pommes d’Api ou Les Belles histoires.

Si je dois en privilégier un, c’est celui-ci.

9782747068260fs

Un ouvrage sans texte.

Un album, donc, dans lequel l’auteur ouvre un champ de possibles. Prenez garde, petits lecteurs, l’imagination tourne à plein régime !

Les illustrations colorées, aux lignes bien définies et épurées, sont d’une rare efficacité.

Un livre ouvert, donc, avec de multiples lectures. What else ?

 

***********

9782747063456fs

Un support idéal pour permettre aux jeunes lecteurs de se frotter à des notions aussi variées que celles de la colère, de la mort, du partage… Le texte, simple et concis, se double d’illustrations expressives et sobres. Adélidélo évolue dans des mises en scène drôles. Une première approche de la philosophie qui peut être intéressante, non ?

***********

9782747071192fs

Igor, Nestor et Fédor viennent d’emménager au cœur de la forêt des contes… Un lieu propice pour y rencontrer des personnages bien familiers…

Un ton résolument moderne et humoristique.

Les trouvailles ne manquent pas !

Les dessins sont simples et dynamiques.

Des clins d’œil qui amuseront les enfants !

Editions Bayard

 

11/12/13

Histoire de réfléchir avec Hugo

9782092546925FS9782092546932FS
Ce soir, Hugo n’a pas envie d’aller au lit, il préfèrerait continuer à jouer au ballon !
Doit-il obéir à tout ce qu’on lui dit ?
Ce matin, Hugo n’a pas du tout envie d’aller en classe. Il serait beaucoup mieux à la maison.
À quoi ça sert l’école d’abord ?
Ces opus appartenant à la très bonne collection « C’est quoi l’idée ? » proposent, au travers de dialogues simples et de dessins épurés, de faire naître une vraie réflexion chez les plus jeunes autour d’un thème auquel ils sont confrontés au quotidien.
Telle la maïeutique de Socrate, on avance petit à petit dans la démarche d’interrogation.
Chacune des pensées est très justement illustrée par la photo d’un personnage d’animation en situation.
Des ouvrages pédagogiques qui offrent, aux parents, enseignants et éducateurs, l’occasion d’excellents préambules à des discussions pouvant s’annoncer riches.
09/30/13

La sagesse n’attend point le nombre des années…

La pertinente collection « Philofolies » vient de s’enrichir de 2 nouveaux titres que je m’empresse de vous présenter.

9782081287112FS

9782081288355FS

 

 

 

 

 

 

 

Deux questions existentielles pour nos plus jeunes qui ont de plus en plus besoin d’être réconfortés, d’être nourris dans leur réflexion.

Cette collection, publiée chez Père Castor, remplit pleinement ses objectifs : apprendre aux plus jeunes à réfléchir tout en s’amusant.

Toujours le même principe : premiers essais de dialectique via une petite histoire dont les lecteurs sont les héros. Une fois la discussion menée, le lecteur peut, tour à tour, exercer ses neurones lors de Philo Jeux, sourire en lisant les Philo Dingo ou les Phil’à citer et partir à la rencontre des pensées de célèbres philosophes : Epicure, Sénèque, Montaigne, Aristote, Hobbes ou encore Sartre. Cette approche de la dialectique, qui rend concrets les mécanismes de l’apprentissage, de la réflexion et de la découverte, est agréablement servie par des illustrations dynaniques, pleines d’humour.

Une approche intéressante, qui peut trouver sa place dans une bibliothèque familiale ou servir de support à l’animation de premiers débats philosophiques en cycle 3.

 

 

04/30/13

Quand le cinéma fait réfléchir … enfin !

GpKeFqR

Le nouveau film de Margarethe von Trotta est dans les salles depuis le 24 avril.

11 avril 1961, Adolf Eichmann comparaît à Jérusalem pour crime contre l’humanité : haut fonctionnaire nazi, il est accusé d’avoir organisé la déportation. La philosophe juive allemande Hannah Arendt, réfugiée aux Etats-Unis en 1941, couvre le procès pour « The New Yorker ». L’occasion pour elle de s’interroger sur la question du mal et de la culpabilité.

Ce long métrage, qui utilise quelques extraits des enregistrements au tribunal par Leo Hurwitz, évoque la figure d’Hannah Arendt, la passion qui la lia à Heidegger et aussi/surtout la violente controverse au sein de la communauté juive que suscitèrent ses propos : car la question générale qu’Hannah Arendt a soulevée, quand elle a couvert le procès Eichmann, porte sur le mal humain. Elle soutient qu’Eichmann est un homme qui a oublié qu’il pouvait penser et agir, un homme qui a oublié qu’il était un homme.

Hannah Arendt propose un éclairage différent à la culpabilité d’Eichmann ; un éclairage sur la notion de culpabilité.

Le côté suspense philosophique du film fonctionne bien, idéalement souligné par la froide partition de Barbara Sukowa. Actrice complète, elle montre sans ostentation l’étendue de son talent.

Le film tourne principalement entre trois décors : l’appartement d’Hannah Arendt, Jérusalem et l’université. Une unité de lieux volontairement restreinte qui nous oblige à plonger au cœur de la pensée de la philosophe et qui ne nous permet aucun moment d’égarement.

A la sortie, on hésite entre deux styles : fiction pure ou documentaire-fiction ? Tant il est vrai que l’intégration d’images d’archives du procès d’Adolf Eichmann renforce un sentiment de vérité.

04/21/13

La philo à goûter…

9782745955319-couverture_tailleNormaleNotre monde est peuplé de machines, nous rendant de plus en plus dépendants. Pour le vérifier, il n’y a qu’à voir ce sentiment d’impuissance qui nous anime lorsque notre machine à laver tombe en panne. Toutes les inventions qui changent inexorablement notre quotidien semblent nous libérer mais le font-elles vraiment ? Ne nous contraignent-elles pas à une course de plus en plus effrénée vers l’efficacité ?

c

La collection « Les goûters philo » propose des pistes de réflexion pour faire découvrir la philosophie aux enfants en constituant et ordonnant leur propre pensée sur la vie, sur eux et leur rapport aux autres. L’ouvrage vise une première initiation au questionnement en analysant des situations issues du quotidien et en alimentant un débat sans donner des réponses toutes faites. Thématique et exemple sont illustrés avec humour et argumentés de manière pertinente avant d’être soumis à discussion par des questions ouvertes, finement orientées. Concret, attractif, tonique, percutant, cet ouvrage peut être lu de manière linéaire ou non, et servir de support de réflexion à un atelier (tous les conseils pour organiser un goûter philo entre amis sont dispensés dans les dernières pages).

b

 Editions Milan

02/14/13

Parlez-moi d’amour (6 et fin… eh oui, nous y sommes arrivés : c’est la Saint Valentin !)…

Pour commencer, un livre-témoignage qui parle d’un bel amour : celui d’une mère pour ses enfants.

FIC69237HAB40

L’amour maternel est un sentiment merveilleux et désintéressé, qui communique sa force et permet de grandir.

C’est ce que nous rappelle Isabelle Laurent, dans son recueil « Les yeux d’une mère ».

Le témoignage qu’elle nous livre, avec simplicité et naturel, bouleverse, émeut et rassure aussi.

On ne peut être qu’admiratif devant la confiance avec laquelle cette épouse, cette mère aborde les événements de la vie.

On ne peut être que touchés par les analyses sereines, emplies de bienveillance, qu’elle fait.

Empreint de douceur, de pudeur et d’humilité, le livre d’Isabelle Laurent nous offre une belle leçon de don de soi, sans mièvrerie aucune. 

Un recueil résolument optimiste qui résonne encore en nous bien longtemps après sa lecture.

***************************************************************************************

chouette-penserAIMER UN PEU, BEAUCOUP… A LA FOLIE

Cet ouvrage fera, dès le 19 avril prochain, partie de la collection « Chouette, penser » de Gallimard.

 

Une collection intéressante qui part du précepte que l’adolescence est un âge propice à l’initiation philosophique – ce n’est pas nous qui les contredirons-

 

6 chapitres (Aimer avec un grand A, Qu’aime-t-on quand on aime ?, Délire divin ou amour fou, Amour et passion, Un art d’aimer ?, Les aléas de l’amour) amènent les adolescents à réfléchir sur cette belle et complexe notion.

Le vocabulaire est accessible ; les mots plus compliqués sont expliqués dans les marges (formidable opportunité d’enrichir son lexique !)

L’énonciation est ponctuée de citations d’auteurs, toutes pertinentes, connues ou moins, parfois étonnantes.

Des illustrations stylisées et suggestives agrémentent l’ensemble.

Bref, un recueil qui remplit pleinement sa fonction : ordonner la complexité de la notion, rendre possible un trajet intellectuel via un parcours de reconnaissance et d’étonnement.

 

C’est chouette de penser, non ? 

 

Merci à Myriam (Gallimard) pour nos longs et nombreux échanges.