03/25/16

Mémoire au cœur – partie 2

003873004

Ce livre document retrace, cartes à l’appui, les étapes de l’une des plus grandes batailles de tous les temps.

L’auteur nous donne une vision globale de ce combat décisif de la Grande Guerre : les différentes stratégies, l’encadrement, les ordres, les prises de conscience, le désarroi, les volte face… Rien n’est négligé.

Avec une plume alerte, Jean-Paul Viart nous plonge au cœur des tranchées où les soldats vivent un enfer dans les pires conditions qui soient, un vrai cauchemar qui dure jour et nuit.

Il pose un regard sensible, humain, sur les combattants des deux camps qui n‘avaient pas choisi cette guerre sanglante.

De bouleversantes et belles photos font revivre des lieux : les Eparges, Damloup, les forts de Vaux et Douaumont.

De nombreux encadrés guident le lecteur au travers des spécificités de cette bataille et de l’armée de l’époque.

Des biographies brossent le portrait de ces généraux qui marqueront l’Histoire : Pétain, Mangin, Nivelle, Joffre…

 

Un témoignage utile et indispensable.

Un bel hommage rendu aux héros anonymes de la patrie.

 

Editions Larousse

06/8/15

Contre l’oubli

Flamme

Synthétique et abondamment illustré, cet ouvrage documentaire est agréable et facile à utiliser ; un sommaire permet en outre de circuler aisément dans les différents chapitres :

– A l’origine… un monument

– Une Flamme pour ne pas oublier

– La Flamme dans la Seconde Guerre mondiale

– Le tournant de 2009

– Un soir sous l’Arc de Triomphe

– La Flamme pour tous les citoyens

– Au Soldat inconnu

Les différents aspects de ce monument sont traités en profondeur et de manière progressive, sur des pages agrémentées d’images pertinentes, issues de tout support.

A noter, une remarquable préface du général d’armée (2S), Bruno Dary, qui évoque les trois mystères inhérents à cette Flamme :

– l’identité non révélée de ce poilu de 14 qui a fait passer le salut de son pays avant sa propre vie.

– l’action discrète et répétitive de ces « sentinelles de l’invisible » qui, tous les jours, depuis 90 ans, sont présentes, chaque soir, pour raviver symboliquement la Flamme.

– l’émotion de toute la Nation pour ce monument qui symbolise la voix de la liberté, celle de notre histoire, celle de la France.

A découvrir : l’extraordinaire plume du général Dary, qui nous livre un poème ô combien émouvant.

Un lexique en fin d’ouvrage reprend les termes importants.

Et , toujours ces encadrés « Saviez-vous que » d’une grande richesse.  J’ai découvert, par exemple, que les premiers arcs de triomphe ont été édifiés par les Étrusques ;  que parmi les noms des généraux ou maréchaux gravés sur l’Arc, certains sont soulignés : ceux morts au combat ;  que la Croix Rouge est la seule association qui a le droit de défiler autour de l’Arc…

Un très bon support pour répondre avec précision et rapidité aux questions que peuvent se poser les jeunes lecteurs.

Une collection à découvrir !

Nane éditions

07/17/14

Deux livres pour transmettre l’Histoire, c’est chez Nane éditions

9782843681349FS

En 1914, personne ne s’imagine que, suite à l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, par le jeu d’alliances, l’Europe va basculer dans une immense tragédie : la Première Guerre mondiale va mettre un continent entier à feu et à sang pendant quatre longues années, devenant rapidement un conflit mondial.

Les 3 premiers chapitres (Une guerre mondiale, Une guerre totale, Les tranchées) retracent avec didactisme cette montée en puissance : la mobilisation des économies et des finances, le contrôle de la société, la course à la modernisation de l’armement…

Le quatrième chapitre évoque le refus de la guerre : les mutineries, les répressions, les fusillés.

Les cinquième, sixième et septième chapitres –Des sociétés transformées par la guerre, La fin de la guerre et Une guerre aux conséquences durables-  nous font particulièrement bien comprendre comment ce conflit va entraîner un nouvel ordre du monde.

Un chapitre très intéressant -et très peu abordé dans ce genre de documentaire-, c’est celui traitant des artistes et la guerre. Qu’ils soient écrivains, peintres, photographes… nombreux sont ceux qui ont laissé des témoignages poignants, mis des mots sur les maux. J’ai découvert avec émotion le trench art.

Illustré par de nombreuses cartes, photographies, affiches et documents d’archives, ce livre est à mettre entre toutes les mains.

De nombreux Saviez vous que, en marge des textes informatifs, ponctuent la lecture et offrent une mine de renseignements souvent inconnus.

Un ouvrage de référence se terminant par un lexique, une chronologie, une orientation bibliographique et des adresses utiles.

 

Avec ce même souci de didactisme :

9782843681356FS

 

Cette rétrospective très claire et très complète de cette période de l’Histoire peut être, elle aussi, utilisée tant à titre individuel que collectif.

L’avancée vers la Libération, la guerre en elle-même et ses conséquences sont traitées de façon méthodologique, chronologique et pédagogique à travers neuf chapitres eux-mêmes subdivisés en paragraphes thématiques. Le texte facile d’accès est illustré par des photos, des reproductions d’affiches ou encore d’extraits de journaux, transposant de façon juste l’ambiance de l’époque.

J’ai été particulièrement sensible au chapitre intitulé La rénovation républicaine et ses limites, un chapitre -encore une fois peu abordé- et qui explique le pourquoi de certains événements qui se dérouleront par la suite : la décolonisation, notamment.

Comme dans le précédent opus, un complément d’informations est proposé en fin d’ouvrage parcours de libérateurs, chronologie et lexique.

 

UNE EXCELLENTE COLLECTION A DECOUVRIR !

06/24/14

Des livres pour réfléchir de 11 à … ans, c’est chez Larousse

sous la lune

 

Quatre rescapés d’un accident d’avion se retrouvent sur une île déserte. Ils vont devoir cohabiter dans l’espoir d’être retrouvés. Mais les jours et les semaines s’écoulent et l’arrivée des secours devient de plus en plus improbable… Un semblant de vie s’organise et, au fur et à mesure que l’espoir disparaît, chacun ne se soucie que de soi et se mure dans une solitude que rien ne vient plus briser. La survie est-elle à ce prix ?…

Plus connu pour son roman, L’ami retrouvé publié en 1971, Fred Uhlman a pourtant signé ici un magnifique récit qui ne sera publié qu’après sa mort. En plaçant les personnages sur une île coupée du monde, le texte ouvre une vraie réflexion sur l’Homme. Eloignés de toute forme de civilisation, séparés des leurs et de leur rassurante vie quotidienne, ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes. Leur nature profonde ressurgit alors et des questions fondamentales se posent à eux, et au lecteur : doivent-ils privilégier l’entraide ou le règne du « chacun pour soi » ? Peuvent-ils espérer être sauvés ? Y a-t-il un dieu vers qui se tourner ? Quelles sont les capacités et les limites de chacun ?

Une fin inattendue.

Un roman haletant à découvrir !

125 pages

 

ceux de 14

 

Promis à un brillant avenir universitaire, Maurice Genevoix n’a que 24 ans quand la guerre fait de lui un lieutenant promu à la tête d’une compagnie d’infanterie. Jour après jour, voici le récit de 9 mois d’enfer : la vie dans les tranchées, dans le froid et dans la boue, dans la peur et le désespoir ; les assauts sous la mitraille et les obus ; les blessés, les mutilés, les morts…

Ceux de 14 porte témoignage de ce que les Poilus ont vécu durant la Première Guerre mondiale. Rien n’y est romancé, ni mis en scène. Ce sont des faits, rien que des faits, rapportés tels qu’ils se sont produits et qu’ils ont été ressentis. Par les yeux, à travers les pensées et le corps du narrateur, nous sommes au côtés de ces soldats : nous grelottons dans les tranchées, nous nous courbons sous les obus, nous savourons de petits bonheurs, nous montons à l’assaut, la peur et le courage au ventre, nous maudissons la guerre.

Ce récit appartient autant à la littérature qu’à l’Histoire. C’est un récit et un document.

N.B : les autorités militaires le censureront en partie.

Une lecture bouleversante. Un devoir de mémoire.

99 pages

*********************

La chronique de Marie :

9782035896070-journal-insupportable-pourtant

Un guide d’éducation des parents par les enfants.
Tiré du blog The Honest Todder de Bunmi Laditan, ce livre suit les élucubrations imaginaires mais criantes de vérité de son petit dernier.
Il nous permet enfin de comprendre avec beaucoup d’humour, ce que nos enfants veulent nous dire à travers tous leurs petits (et grands ) tracas. Car c’est de leur point de vue que, tout au long des 18 chapitres, chaque situation est présentée, avec ses mécanismes et ses solutions.
Comment nos petits chéris ressentent-ils toutes nos exigences, nos conventions, nos choix ?
Et vraiment vous apprendrez beaucoup. Même si vous pensez tout savoir, détrompez-vous : vous n’avez rien compris de votre chérubin !
 » Dès que votre bambin est obligé d’allonger des voyelles, c’est qu’il est contrarié. À moins que le chagrin soit illégal, vous n’avez aucune raison de résister. Dans certaines cultures, on considère que les pleurnicheries révèlent un taux de M&M’s ou de Kinder Surprise anormalement bas. Pensez-y ! »
« Nous en avons déjà parlé, mais je tiens à rajouter un NON franc et massif. Il ne faut pas se brosser les dents. Ne commencez pas, parce que vous ne pourrez plus vous arrêter et deviendrez accro à la menthe. Les dents sont constituées d’un matériau pierreux et ne nécessitent aucun soin particulier, mis à part une grosse croquette anti tartre tous les six ans.« 
« La salade est un pensum quotidien. Contrairement à la croyance populaire, ce n’est même pas de la vraie nourriture. S’il est interdit de manger des feuilles dans un parc, il devrait être interdit offrir de la salade à une innocente créature. Ceux qui en mangent n’ont pas l’air plus en forme que les autres (….)  N’écoutez pas ce qu’on raconte. Les légumes n’ont rien de particulièrement nourrissant. Vous en mangez tout le temps et vous êtes toujours fatigués, non ? Les bambins ne mangent pratiquement jamais de légumes et ils débordent d’énergie. Les faits parlent d’eux-mêmes.« 
Une fois ce guide lu, vous aurez appris à laisser votre enfant tranquille, à faire disparaître tout légume et autre aliment non comestible de votre cuisine, à vous passer de sommeil, à bien dépenser votre argent en livres, jeux et télé, aurez modifié votre notion de l’hygiène, et saurez enfin dire oui à votre enfant.
Grâce à son humour deuxième degré, ce merveilleux guide nous emmène dans la tête de notre enfant où tout s’entrechoque, se mêle, pour aboutir à des situations cocasses, vécues et où les solutions proposées par « l’enfant écrivain » sont toujours surprenantes, drôles et non dénuées de pertinence.
Pour vous aider à comprendre le point de vue de votre enfant, ce livre vous propose également tout un tas de petits exercices, de travaux pratiques et de tests.
À offrir de toute urgence à tout parent de jeune enfant !
04/19/14

La Grande Guerre en BD

9782203075764_cb

Après trois premiers titres consacrés respectivement à la Gaule (Vercingétorix et les Gaulois), à l’époque médiévale (Saint Louis et le Moyen Âge) et au règne du Roi-Soleil (Louis XIV et Versailles), voici un coup de projecteur sur un moment tragique mais majeur de notre histoire récente : 14-18, la Première Guerre mondiale.

La progression est bien construite et le lecteur suit avec intérêt le déroulement des différentes phases qu’a connues cette triste guerre. Aucun temps mort, ici. On retrouve entre autres les thèmes de la camaraderie, de l’expérience des combats, des blessures de guerre et du retour difficile dans les foyers des soldats après la guerre.

Le souci du détail se sent à chaque page : le contexte est très bien présenté, les causes et les conséquences clairement exposées. Impossible alors de ne pas comprendre ce que vécurent des millions d’hommes et de femmes durant quatre longues années.

De belles planches illustrées, largement à la hauteur du récit, soutiennent l’attention du lecteur ; le graphisme sait se faire puissant quand il le faut et plus léger à d’autres moments.

Un ouvrage historique de qualité : le contenu est pédagogique et la vision n’est pas manichéenne, ce qui mérite d’être souligné.

Des pages informatives viennent parfaire l’ensemble, proposant divers éléments ludiques et informatifs tels que jeux des 7 erreurs, portraits de famille, encadrés chronologiques illustrés, etc.

Une belle réussite !

Editions Casterman

03/22/14

Dans la Grande Guerre avec les filles de Marie Curie

curieDans la tourmente de la Première Guerre mondiale, Irène et Eve Curie veulent se rendre utiles. Chacune a sa manière -grâce aux sciences pour l’une, aux jeux de mots pour l’autre-, les deux jeunes filles participeront à l’effort de guerre…

Bien écrit et captivant, ce roman est l’occasion de découvrir le rôle par trop méconnu qu’a joué Marie Curie -et par extension ses filles- durant ces terribles années d’affrontement qui devaient voir de nombreux hommes tomber. Bouleversée par la tragédie qu’elle voit se jouer, Marie Curie se mobilise et participe à la conception de dix-huit unités chirurgicales mobiles, des « ambulances radiologiques » surnommées les « Petites Curies » ; celles-ci permettent de prendre des radiographies des malades, opérations très utiles pour situer plus précisément l’emplacement des éclats d’obus et des balles. Partant régulièrement sur le front, la physicienne est bien vite rejointe par sa fille Irène, âgée de dix-huit ans. A l’exemple de sa mère, Irène pratiquera des radios dans plusieurs hôpitaux de campagne durant toute la guerre, affrontant avec une rare détermination les réticences des médecins. Encore trop jeune, Eve, quant à elle, deviendra une admirable marraine de guerre ; ses lettres enjouées apportant un précieux réconfort.

Même si la fin manque « un peu » d’originalité et semble cousue de fil blanc, on reçoit, à la lecture de ce roman, une belle leçon de dévouement, d’optimisme et de persévérance.

A faire lire !

160 pages

Editions Nathan

03/17/14

La Grande Guerre quand on est un adolescent…

9782081258518FS

 

Gustave se rappelait parfaitement le jour où le village avait appris cette incroyable nouvelle : la guerre venait d’être déclarée ! C’était un samedi d’été. Le 1er août 1914 exactement. Assommé par la canicule, le pays semblait vivre au ralenti. Soudain, les cloches s’étaient mises à sonner. La place du village, jusque-là déserte, s’était retrouvée noire de monde. Etrangement, personne ne parlait. Les villageois s’étaient regroupés en silence. Comme habités par un terrible pressentiment. La guerre se montra tout de suite vorace : dans chaque famille, ou presque, un homme, un père, un frère, était mobilisé. Ce fut le cas du père de Gustave… Lorsqu’il apprend sa mort, le garçon fugue pour devenir un Poilu…

Le personnage de Gustave, jeune adolescent volontaire et attachant, est la clé de voûte de ce poignant et prenant récit. Avec une grande sensibilité et une grande pudeur, Gérard Streiff évoque le passage à l’acte de ce garçon qui semblait prédestiner à aller sur le front : à l’école, n’aimait-il pas s’amuser à passer « ses troupes » en revue ?

Gustave étonne et émeut. Ses réflexions d’enfant qu’il est encore offrent un regard « neuf » sur la violence des combats, le quotidien des tranchées et les blessures. Un passage émouvant : celui où l’adolescent, blessé, partage le quotidien des gueules cassées.

La réalité historique est racontée avec talent ; on plonge dans la vérité du moment sans que le texte ne verse dans le morbide.

Un magnifique roman où il est question de volonté, de solidarité et d’amitié ; un recueil qui peut être lu tant à titre personnel que dans un cadre pédagogique.

113 p

Editions Flammarion

03/16/14

Un bel ouvrage commémoratif

Ce n’est pas la première fois que je vous présente un recueil de cette excellente collection Castor Doc.

Est sorti, en janvier, cet ouvrage d’une remarquable qualité qui propose une lecture synthétique du conflit en 50 entrées, croisant fondamentaux (les poilus, les innovations techniques et militaires, la bataille de Verdun…) et aspects plus méconnus (les animaux dans le conflit, croyances et superstitions des combattants…)

9782081305625FS

La richesse des données, complétées par une abondante iconographie, et l’étendue des thèmes abordés font de ce documentaire historique, aux ressources innombrables, une formidable mine de connaissances et un support d’exposé idéal pour les classes de 3ème et de 1ère, ayant à leur programme la Première Guerre mondiale.

Aéré dans la présentation des textes, se lisant comme un roman tant les explications sont claires et d’une grande qualité historique, cet opus répondra avec précision et rapidité aux questions que peuvent se poser les jeunes lecteurs sur cette période.

Un complément d’informations est proposé en fin d’ouvrage : biographie des militaires, ouvrages, sites web, musées…

Index, lexique et frise chronologique viennent parfaire l’ensemble.

Editions Flammarion

12/24/13

Frères de guerre

Eh oui, vous l’avez sans doute remarqué, j’aime à chroniquer, ces derniers temps, les romans concernant la guerre 14-18. Les raisons sont multiples : le devoir de mémoire, le centenaire qui approche, mes années à Verdun terre de sacrifices, l’envie de faire découvrir ces vies à jamais brisées à mes élèves.

Aujourd’hui, ce roman paru chez Flammarion.

9782081263192FS (2)

 

L’histoire d’Eugène, un garçon de 16 ans, qui a décidé de s’engager en contrefaisant la signature de sa mère. Le suivra Matthias, l’ami d’enfance, parce que ce n’est pas aujourd’hui qu’ils se sépareront ces deux-là. Du moins le croit-il…

Ce récit à la première personne du singulier dépeint de façon réaliste la montée en guerre, la vie des poilus dans les tranchées, le retour dans les familles pas toujours facile, le rôle de la presse qui cache la vérité, les blessures à vie…

On s’attache rapidement aux personnages, unis, face à l’adversité, par une indéfectible amitié. Qu’il s’agisse d’Eugène, jeune téméraire qui a soif de bravoure, du vieil Emile qui crée des objets avec les éclats d’obus ou encore de Riquioux  qui ne s’en laisse pas compter.

Le style sensible et le choix des mots par l’auteur font de ce livre un ouvrage touchant à travers lequel le lecteur ressent profondément toute la tragédie de la guerre pour ces hommes et ces femmes « ordinaires ».

Une lecture édifiante qui fait l’éloge du courage, mais aussi de la camaraderie et de l’esprit d’équipe.

Quelques mots du texte qui font comprendre l’attente des Français : « Je n’en revenais pas. Elle avait enfin fini par éclater, cette guerre dont tout le monde parlait et que j’attendais sans vraiment y croire. Quand j’étais à l’école, il était souvent question de celle de 1870, qui nous avait opposés, nous Français, aux Prussiens. Leur victoire avait été humiliante : nous avions dû leur céder l’Alsace et la Lorraine, deux provinces qui nous revenaient de droit. »

Sur ce thème :

http://www.espritlivres.karamako.net/?p=2393

 
 
 
 
 
12/19/13

Promenade par temps de guerre

promenade

Octobre 1918. Un bourdonnement bizarre enveloppe le village, comme si un essaim de monstrueux insectes voltigeait. Victor, 14 ans, connaît ce bruit : des bombardiers allemands. Soudain, mille éclairs éclatent, explosent, illuminent la nuit noire. Victor voit la lourde porte de l’hospice, dans lequel il a été placé depuis le départ de son père à la guerre, s’effondrer. Il voit tomber ses camarades. Dans cet indicible chaos, l’adolescent court machinalement devant lui. Où aller ?… Pourquoi ne pas partir à la recherche de son père dont il n’a plus de nouvelles depuis mai 1917. Car il le sent, Victor, que son père est en vie… Il ne peut en être autrement…

L’écriture sobre et sereine d’Anne-Marie Pol retranscrit à merveille comment l’optimisme naturel des enfants peut supplanter l’oppressante atmosphère régnant en ces temps troublés. Victor, débrouillard et vindicatif, est attachant ; c’est sans peine que nous le suivons dans sa quête pleine de rebondissements, dans ses heureuses rencontres et ses pertes douloureuses. Dans ce récit, tout est parfaitement dosé : un peu de mélancolie, du chagrin, de l’humour… Tout est suggéré avec pudeur.

Une  histoire poignante qui offre un dénouement ouvert à toutes les hypothèses, avec des personnages métamorphosés par la vie, réconciliés ou non avec eux-mêmes.

Une lecture forte

247 pages

Livre de poche jeunesse

Quelques lignes : « Le tocsin, ça veut dire la guerre. » Et il se tait. Victor regarde son père avec de grands yeux. Il ne comprend pas. Et le tocsin sonne toujours, comme s’il ne devait jamais s’arrêter. La guerre est comme ça : elle surgit brusquement dans la vie des gens, sur un coup de cloche. Et peut-être qu’elle change tout. Pour toujours ?