06/7/14

De belles idées lectures pour les 9-12 ans. C’est chez Castor Poche

Voici un livre tonique, sérieusement documenté, bien écrit, qui nous permet d’en apprendre beaucoup sur la Rome antique et les jeux du cirque.

le lion

Rome, au temps des gladiateurs. Julius a onze ans. Il est temps pour lui d’apprendre le métier de gardien des fauves du cirque, comme son père. Mais l’enfant a du mal à accepter cet univers de violence, et se prend d’amitié pour une lionne malade, dont il sauve le lionceau. Avec la complicité d’un vieux sage, Augustus, il élève le lion en cachette, jusqu’au jour où…

Dès les premières lignes, le lecteur se familiarise avec le grand Cirque de Rome : ses souterrains obscurs (les carcères), les cages, les fauves, les esclaves attachés aux soins, les gladiateurs…

Le tout, loin d’être ennuyeusement didactique est rondement mené au rythme d’un roman d’aventure où des enjeux politiques font et défont les réputations.

Les jeunes lecteurs se sentiront proches du protagoniste, par le biais de préoccupations communes, atemporelles : sa soif de découvertes, son besoin d’aller de l’avant et de se détacher du cercle familial et des aspirations paternelles, ses amitiés et les sentiments contraires qu’elles engendrent… Car au-delà de l’indéniable intérêt documentaire du roman et de son intrigue bien menée, c’est le personnage de Julius qui marque l’esprit. Le jeune homme relève à la fois du héros (comme on l’entend habituellement, faisant preuve d’initiative en toute circonstance ou prenant les devants de l’action), et de l’ « aventurier » (pas tout à fait au sens littéral du terme) : la véritable aventure se déroule de l’intérieur, à travers l’affirmation de son individualité.

Le grand plus de cette édition ; un plus ingénieux et terriblement attrayant pour les enfants : un cahier spécial pour aller plus loin.

32 pages de jeux et questions pour prolonger la lecture (réponses fournies). Les lecteurs sont tour à tour amenés à :

– chercher la réponse à des devinettes ou des charades

– trouver des mots-mystères

– déchiffrer des rébus

– répondre à des questions par vrai/faux

– écrire, inventer et jouer avec les mots

192 pages

ulysse

 

Rescapé d’un naufrage grâce à Athéna, Ulysse se retrouve au royaume du roi Alkinoos, à qui il raconte son interminable odyssée.

Michel Laporte a choisi d’adapter le légendaire récit d’Homère pour le rendre accessible dès 9 ans. Objectif réussi, car toutes les conditions ont été réunies pour séduire le jeune lectorat : une mise en page aérée, de gros caractères,  une écriture simple et vivante des crayonnés expressifs et, une intrigue palpitante -merci Homère !

Au travers de nombreux chapitres courts et vivants, résumant succinctement les aventures d’Ulysse, le lecteur découvre cette légende séculaire qui lui permet d’appréhender les valeurs humaines, toujours d’actualité, portées par Ulysse.

L’ouvrage se termine par un astucieux et pertinent “Petit lexique des noms propres” qui aide les petits néophytes à s’y retrouver dans les lignées et lignages. 

Ce roman fera donc la joie des bons lecteurs dès l’école primaire et pourra être proposé à certains de leurs aînés collégiens, effrayés par la richesse de l’œuvre originale.

Un travail d’adaptation de grande qualité

Une première approche réussie de l’épopée légendaire d’Ulysse

192 pages

04/18/13

Au coeur des arènes…

9782092544075FS

Fulgur en est certain, le coup porté par le samnite avait été asséné pour tuer. L’enjeu de ce combat en cours le dépasse. Son fils, Marcus, semble en danger. Pour le protéger, mieux vaudrait lui révéler le secret de sa naissance…

 

Ce roman allie l’intérêt d’une intrigue intéressante allant crescendo à un contexte historique évoqué avec précision. Le lecteur, à la suite de personnages bien campés, découvre l’univers particulier des gladiateurs avec ses codes d’honneur, mais aussi les liens d’amitié très forts unissant ces hommes prêts à mourir.

Rédigé dans un style soigné, ce récit abonde d’informations sur l’histoire et la civilisation de la Rome antique : Marcus, le jeune héros, est lecteur chez Ovide, lit L’Enéide …

La mise en page permet à des illustrations -des crayonnés- d’accompagner et de visualiser avec justesse les lieux et les évènements.


Un roman captivant tout à fait adapté aux élèves de sixième ou latinistes de cinquième.

Editions Nathan.

Extrait :
«  C’était ce jour-là qu’il avait compris. L’envie de tuer, il ne l’avait jamais eue. Il avait vu cet éclat dur qui s’allumait dans les prunelles des combattants alors qu’ils étaient dans l’arène. Lui tremblait de peur, et fuyait dès les premiers coups échangés. L’envie de vaincre, ça, il l’avait ressentie. Mais pas celle de tuer, pas celle d’asséner un coup fatal. »