11/19/15

Besoin d’évasion

Je ne sais pas vous, mais j’ai un besoin intense de me plonger dans des livres qui me font rêver et, de surcroît, de savoir que mes enfants vont pouvoir, eux aussi, goûter à cette possibilité d’évasion.

Le roman top-évasion-détente, une des meilleures sagas actuelles pour la jeunesse :

9782012256682FS

 

Oniria, ce roman surgi des rêveries nocturnes de Bénédicte F. Parry  transporte le lecteur dans une quête haletante, une histoire aux multiples rebondissements portée par une trame narrative solide et dense.

Au fil des pages, on comprend rapidement pourquoi les jeunes sont ferrés : grâce à ses talents de conteuse -qualité d’écriture et finesse des descriptions-, l’auteur flirte avec le fantastique sans jamais tomber dans les excès du genre.

Le roman est aussi envoûtant que les héros illustrés sur la couverture.

Pas d’âge pour succomber à cet univers extraordinaire. Même les adultes s’y laissent prendre !

Editions Hachette

03/12/15

Succès garanti …..

sans-titre (31)

Loin du Comté, à l’extrémité du cercle Arctique, dans la cité des Kobalos, une terrible menace se prépare… Sliter vit sur son propre domaine dans le Nord, où il exploite des humains et s’abreuvent de leur sang. C’est un mage Kobalos, une bête à l’apparence d’un loup qui se déplace sur deux pattes. Le jour où le fermier Rowler meurt, Sliter n’a qu’une envie : dévorer ses trois appétissantes filles. Seulement, il a conclu un marché avec cet homme qu’il se doit d’honorer : en échange de Nessa, la fille aînée qu’il compte vendre comme esclave, il a promis d’épargner les deux plus jeunes et de les conduire chez leur oncle et tante. Les trois soeurs terrifiées n’ont pas d’autre choix que de suivre cette créature assoiffée de sang. Commence alors un long périple dans des conditions extrêmes, sur les terres gelées du Royaume du Nord, où vivent des bêtes démoniaques et sanguinaires…

Ce onzième tome nous emmène un peu ailleurs que les tomes précédents, loin du Comté, avec des lieux, des personnages et des créatures inédites. Tout en s’éloignant de l’histoire de Tom Ward, nous retrouvons avec plaisir la sorcière Grimalkin. Le caractère de Sliter m’a séduite : la confusion des sentiments qui l’anime, entre la tentation de mordre les trois filles pour s’abreuver de leur sang et la respect de la promesse faite au père,  est à mettre en parallèle avec celle de Nessa qui, malgré le dégoût que lui inspire la bête devra s’allier cependant à elle et lui faire confiance pour tenter de sauver ses sœurs.
Le style de l’auteur nous maintient tout du long en haleine dans un univers fantastique et magique où frissons, peurs et violences, mais aussi respect et confiance s’entrechoquent.

306 pages

Editions Bayard

Marie